Best Rottweiler.com

Articles

 

Votre chien vous protégera –t-il
Le tempérament des chiens de garde. Test de caractère.

 

« Commissaire Rex est un chien de « canapé »
Sous ce titre, le journal allemand RHEIN-NECKAR-ZEITUNG a publié, en décembre 2001, un article de M. Manfred Wilinat, le Président de l’Académie de Police de Gessen, à Muhelheim-sur-Meine. « De moins en moins de bergers allemands présentent les aptitudes requises pour être utilisés dans la police. Ni la généalogie, ni la grille des épreuves de travail ne garantissent que le quadrupède sera ou non, un bon chien de police.
D’après les données de la police de Gessen, de moins en moins de bergers allemands issus des lignées allemandes peuvent être utilisés en tant que chiens de police. Seul un chien sur cinq réussit l’examen de sélection du chien de police
A l’évidence, les qualités, esthétiques sont ici privilégiées par rapport aux qualités fonctionnelles. En conséquence, le « commissaire Rex » est de plus en plus souvent originaire des pays de l’Europe l’Est où la race des bergers allemands serait, de l’avis général plus performante.
Et, plus loin, nous pouvons relever « nous avons besoin d’un chien apte à l’utilisation, et pas d’un chien de famille » - disent les utilisateurs. Pour cela ils ont besoin de chiens courageux, durs, pourvus d’un instinct de combat et d’un dynamisme naturel.
Parmi les 320 chiens utilisés à Gessen, environ 260 sont des bergers allemands dont l’apparence n’est pas extraordinaire : poils souvent trop longs, denture non conforme ou sujets monorchides»
Malheureusement, malgré les compliments de certains spécialistes, adressés aux bergers Allemands de l’Europe de l’Est, on entend de plus en souvent dans notre pays, parler du niveau insuffisant des chiens de garde. Plusieurs raisons expliquent cet état de fait :
Parmi les plus importantes, on peut citer l’absence de tests d’aptitude à cette fonction, tests réussis obligatoirement avant l’utilisation de tels sujets pour la reproduction
Sans négliger en outre, les considérations purement mercantiles (telles que l’essor de la vente des chiots des races populaires), considérations qui s’opposent à toute logique de sélection. De surcroît, l’importation, de sujets de qualité médiocre a joué, elle aussi, un rôle non négligeable dans cette dégradation.
A ce jour l’acheteur.d’un chien de garde ou d’utilité, risque de plus en plus souvent d’acquérir, au lieu et place du protecteur souhaité un sujet inapte au rôle qui lui est dévolu. Ceci serait tolérable, pour le particulier à la recherche d’un chien de famille,
Mais quel est le devenir du chien qui, par son « inaptitude professionnelle »deviendra rapidement une charge pour ses propriétaires ? Pour pallier ces inconvénients et ne pas aller au devant de graves déboires, il serait judicieux, que le futur acquéreur connaisse les modalités de sélection de son futur compagnon Il est important que le futur acquéreur possède un minimum de connaissances quant à la détection et au protocole de la recherche des aptitudes du sujet à sélectionner.
La discussion consacrée à ce sujet s’adresse aux personnes qui ont décidé de dresser ou d’utiliser un chien dressé pour l’utilisation.
Nous proposerons donc quelques conseils pour ce faire.
Nous allons successivement envisager tous les stades d’éducation de deux mois jusqu’à l’âge adulte.
Il est évident que cela ne vous transformera pas immédiatement en spécialiste du dressage. Cependant l’utilisation de ces connaissances de base, vous permettra d’effectuer un choix judicieux concernant le futur éducateur de votre chien ou les techniques d’entraînement si vous avez déjà commencé un travail avec lui.
L’auteur de cet article, officier du ministère de l’intérieur, a utilisé pour ce faire, d’une part sa propre expérience de terrain ainsi que celles des membres des forces de l’ordre ukrainiennes (douanes, gendarmerie, police, milice,) ainsi que celle des forces spéciales de l’armée de terre française et de la police des Etats-Unis.
Les amateurs de compétitions sportives qui lisent cet article devront l’aborder avec l’idée que même si nos méthodes d’entraînement et de dressage semblent les mêmes, les buts divergent dans leur finalité !
Comme la protection du maître et de ses biens est l’objectif du dressage d’un chien de garde, il est évident que ce chien là ne devra avoir confiance en personne d’autre qu’en son maître. La principale différence entre de tels chiens et ceux entraînés pour les disciplines sportives,(schutzund) est que ceux-ci ne réagissent qu’au costume de l’homme d’attaque : que cet équipement soit porté par un être humain ou même simplement disposé à terre.
Les chiens entraînés aux disciplines sportives sont généralement conditionnés par un instinct de chasse, poursuite du gibier, il s’agit des instincts de poursuite comme on les appelle en Europe, ou de jeu.
Si l’on rencontre parfois parmi ces sujets, un chien ayant un véritable instinct de protection, ce n’est pas ce dernier instinct qui conditionnera sa réussite dans les compétitions.
Il ne peut y avoir d’autre part de bon chien de garde chez qui l’instinct de protection ne soit prépondérant. Idéalement, la proportion entre ces deux instinct devrait être de 60% pour la protection et de 40% pour la chasse ; si ces deux valeurs n’étaient pas respectées, un chien dont l’instinct de chasse ou de proie augmenterait au détriment de l’instinct de protection, pourrait parfaitement réussir les épreuves de travail sans être complètement fiable en situation de danger réel, à l’inverse si les proportions s’inversaient, le sujet ne pourrait être mis en contact avec des personnes étrangères.


Le choix du chien au caractère souhaité

Le caractère du chien est la donnée la plus importante à considérer lors du choix d’un futur chien de garde.
Dans cette optique, le tempérament d’un chien est défini par sa façon de penser, de se comporter, de réagir, elle est individuelle pour chaque chien. C’est une des caractéristiques les plus importantes pour un chien, puisque c’est un facteur stable, qui ne change pas au cours de la vie du chien.
Les chiots naissent avec certaines caractéristiques que nous appelons « les traits personnels » (autrement dit, un ensemble de toutes les qualités distinctives qui ne sont propres qu’à un individu). Si vous achetez le chien pour un type d’activité précis, par exemple pour le gardiennage, le facteur clé sera le tempérament de ce chien.
Cela signifie, que dans certains cas le chien doit être « asocial », à d’autres moments, très « doux » et convivial.
Le mieux, quand vous souhaitez acheter un chiot ou un chien, est de demander conseil à un dresseur professionnel. Son œil exercé, saura reconnaître les petits détails de caractère difficiles à appréhender pour un néophyte. De plus, un professionnel posera au propriétaire du chien des questions détaillées sur la « formation » du chien, ce qui évitera malentendus et éventuels problèmes à l’avenir
« Dur » et « doux » - tels sont les termes utilisés par des dresseurs professionnels, qui définissent ainsi la propension d’un chien à attaquer. Lorsqu’on contraint un chien à se défendre, soit, il capitulera et partira en courant, ou alors il relèvera le défi et combattra. Un chien « dur » ne capitulera pas. On ne pourra lui faire peur ni avec des sons intenses, ni en brandissant des objets inconnus, en lui assénant des coups de pied ou encore en le provoquant avec un stek (sorte de bâton de bambou ou de cuir enveloppé d’un tissu, utilisé non pas pour blesser l’animal mais au contraire pour augmenter sa pression psychologique et lui apprendre à réagir face à de telles agressions !
Ce type de chien, réagira au contraire d’autant plus agressivement à de telles provocations C’est donc une réaction de défense active qui prévaut chez de tels chiens.
Un chien « doux » pourra à l’inverse, paraître très agressif : il va montrer ses dents, se jeter sur l’agresseur, rugir et aboyer, mais capitulera ou se sauvera en courant sous la pression de l’entraîneur. Cela signifie que sa défense est plus passive qu’active.
Certains chiens capitulent d’autant plus vite qu’ils comprennent que le « bluff» avec la démonstration des dents et le rugissement n’a pas marché. Des chiens « doux » peuvent soudain montrer des signes de peur, en couchant leurs oreilles, inclinant la tête ou en baissant la queue. Certains de ces chiens peuvent même mordre l’agresseur. Un dresseur expérimenté saura dans tous les cas, faire capituler le chien en question.
La douceur du tempérament d’un chien peut être le résultat d’un caractère « mal trempé », d’une insuffisance de l’instinct de protection, d’un type inerte ou peu mobile de l’activité supérieure neurale (ASN).
La cause de ces insuffisances peut provenir des caractéristiques génétiques, conséquences d’un mauvais choix des géniteurs ou plus simplement d’un manque de confiance en soi, suite à des agissements incorrects du dresseur.
Pour définir le type de comportement d’un chien donné, on peut utiliser le testage de son tempérament sur une échelle de dix degrés. Plus haut est la note obtenue, plus le chien est apte à devenir un chien de garde ou de surveillance. Cependant, la note de 10 points ne signifie pas pour autant que le chien correspond le mieux aux taches en question ; elle signifie simplement que son caractère dominant est énergique et confiant en lui.

L’ECHELLE DE GRADUATION DES TEMPERAMENTS
1-3 Des grands problèmes.
1. Un chien retardé mentalement et/ou physiquement. Ce problème pourrait être la conséquence d’un traumatisme, d’une maladie en bas âge ou de facteurs génétiques, un tel chien est extrêmement retardé dans son développement intellectuel : il ne peut pas apprendre, ne comprend ni les ordres, ni les corrections ni les louanges. Dans de nombreux cas de tels chiens ont souvent été réanimés à la naissance. On a stimulé leur vitalité grâce aux médicaments et aux soins intensifs. De tels chiens ne peuvent être dressés.
2. Les colériques (extrêmement agressifs, avec un type de ASN mal équilibrée, facilement excitables et incontrôlables). C’est soit un problème génétique, soit un problème médical. Le seuil de stress de tels chiens est extrêmement bas. Toutes les situations de stress (apparition d’un inconnu, un son fort, etc.) provoquent une agression. chez ce type de chien
Toute tentative pour corriger son comportement peut provoquer une agression incontrôlable envers le dresseur ou des tiers. Cette réaction a sans doute pour origine un sentiment de panique. Il est très dangereux d’élever un tel animal chez soi, car sa réaction habituelle à la peur et à la douleur est l’agression et la morsure. C’est l’exemple classique du comportement à la fois lâche et agressif (signe d’une ASN faible) Nous avons l’habitude de dire que de tels chiens « mordent leur propre peur ».

3. Les mélancoliques (un type de ASN très peu excitable). C’est, selon toute probabilité, un problème génétique lié à la mauvaise sélection. De tels chiens ne peuvent pas rester longtemps dans la même position (par exemple, assis) et exécutent mal les ordres.
Ils ne regardent presque jamais dans les yeux, et s’agitent constamment d’une manière chaotique.
4-6 Les chiens équilibrés, susceptibles à être dressés.
4- Les « cinguiniques » (un type de ASN équilibrée, mobile, mais peu motivée). De tels chiens préfèrent ne pas s’exposer. Ils réagissent aux ordres, mais n’ont pas l’initiative de faire quelque chose pour le dresseur. Ils travaillent bien pour les friandises, puisqu’ils sont surtout motivés par l’amour propre. Ce sont des chiens actifs, mais paresseux qui ne demandent pas beaucoup d’attention, ils n’aiment pas jouer, attraper des balles, etc. Le contact des yeux est minime, 20 ,25 %.
5. Les cinguiniques (moyennement motivés). Ce sont des chiens normaux, assez sociables. Ils saluent les étrangers avec intérêt et sans agressivité. En règle générale, leur comportement n’est pas énergique, même s’ils acceptent volontiers de jouer, courent après les jouets. Toutefois, ils perdent rapidement l’intérêt pour le jeu entamé et commencent à s’occuper d’autre chose, ou bien s’allongent pour se reposer. Ce type de chien est un très bon chien pour les foyers avec des enfants. Il réagit facilement aux ordres, sans agitation, il a une motivation constante pour le travail. Le contact des yeux chez ces chiens s’élève à 30 ,40%

6. Les cinguiniques (hautement motivés). Ce sont les champions des disciplines impliquant une grande obéissance ou des compétences spécifiques : secourisme, détections des explosifs, des stupéfiants, etc. Ce type de chien est extrêmement sociable, il aime jouer ; il rencontre des nouvelles personnes avec la tête haute et le regard gaillard, en les flairant. Etant très motivé, ce chien est toujours prêt à exécuter les ordres de son maître, quelque soit l’encouragement proposé une friandise, un jeu, etc. Le contact des yeux est de l’ordre de 50 , 60%
Il donne volontiers le signal d’alarme, mais son aboiement témoigne plutôt d’une excitation que de l’instinct de protection.
7-9 Les chien équilibrés avec l’instinct de défense et de protection corrects.
7. Les équilibrés avec faible instinct protecteur :
Les chiens de ce type sont joyeux, mais se tiennent un peu à l’écart des gens et sont assez possessifs à l’égard de leurs jouets, de leurs maîtres et leurs foyers. L’instinct de chasse n’est pas excessif- ils montrent souvent une agression vocale (aboiements), ce qui leur permet de prévenir et d’effrayer les tiers, ce qui en fait de bons chiens de surveillance. Toutefois, face à une pression psychologique ou physique intensive ou prolongée, ils peuvent céder. Ils sont sociables, mais méfiants. Le contact des yeux est de l’ordre de 60,70%. Ces chiens ne peuvent assimiler le dressage de protection que dans sa forme de base. Ce sont des bons chiens de surveillance et des bons compagnons.
8. Les équilibrés avec un instinct protecteur normal
Ce sont des animaux de type dominant, mais qui se soumettent volontiers aux dresseurs. Chez ce type de chiens les instincts de chasse et de protections sont bien balancés, ils sont donc plus adaptés que tout autre type de chiens à être utilisés pour protéger un kiosque, un magasin, une famille ou un individu. Ils assimilent facilement les trois niveaux de dressage de garde, où il s’agit d’attaquer et d’immobiliser l’adversaire. De tels chiens sont par leur nature méfiants, sans excès. Ils ne cherchent pas la confrontations, cependant, lorsqu’un danger menace leur maître ou sa famille, ou seulement sur ordre, ils le défendront toujours Le contact des yeux est chez eux de l’ordre de 60,70% . Le langage des mouvements de leur corps est moins parlant que chez les chiens de la catégorie 7. Ils sont toujours prêt à travailler.
9. Les équilibrés avec un instinct protecteur très développé
Ces chiens sont très dominants et sont préposés à occuper la position de leader dans leur groupe. Malgré cette tendance, ils vont obéir à leur maître, à condition toutefois que celui-ci ait un caractère fort. Leur instinct de défense est très développé, ce qui les empêche de travailler au contact du public, comme, par exemple, dans la surveillance des magasins. Leurs dispositions naturelles en font de très bons chiens de patrouille ( chiens de police). On peut les employer avec un grand succès pour la protection des terrains autour d’un site à protéger
Ils regardent dans les yeux, le contact étant dans ce cas de l’ordre de 80,90% . Le dresseur et le maître doivent avoir une grande force de caractère pour gagner leur confiance et leur respect.
10. Les « alphas » très agressifs, ne peuvent pas être dressés. Il est d’usage de les appeler « alpha-leaders ». Ils préféreront mourir plutôt que de se soumettre à quelqu’un. Le mieux est de se tenir le plus loin possible de ces chiens, ils ont besoin d’un maître aussi « alpha » qu’eux. Ils sont antisociables et mordent tout le monde, y compris leur maître, ce qui en fait de très bons chiens de surveillance. Il faut être extrêmement méfiants avec eux ! Ce sont des vrais problèmes vivants, il faut donc les élever dans des volières, sous un contrôle très strict. Ne jamais les utiliser pour les taches de surveillance en présence de gens, mais uniquement attachés, pour un contrôle des périmètres intérieurs et extérieurs, ils ne peuvent pas être utilisés à d’autres fins ! Le contact des yeux est de 100%, ils ne détournent pratiquement jamais leur regard, ils regardent droit dans les yeux. L’expression des yeux est froide, les mouvements du corps inexpressifs, leur manière de se tenir est menaçante.